Familles Philippines



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les Philippins ont conservé au mieux leurs anciennes coutumes, malgré le fait que la civilisation et le progrès ont atteint ici aussi. Aux Philippines, non seulement les liens familiaux sont importants dans la famille, mais l'unité spirituelle au sein de toute la famille et parmi les parents les plus proches est également d'une grande importance.

Seul entouré de ses proches, le Philippin se sent totalement en sécurité. La famille protège le Philippin de toutes les épreuves et de tous les problèmes, donc aider les parents est un devoir sacré, que personne ne pense tout simplement à rompre. Cependant, aux Philippines, cette assistance ne connaît tout simplement pas de limites.

On peut dire que chaque membre de la famille bénéficie de la position suivante: le frère aîné est obligé de payer l'éducation des plus jeunes, de les nourrir et de les vêtir jusqu'à ce qu'ils puissent mener une vie indépendante, à son tour, le frère cadet, ayant mûri, est obligé de subvenir aux besoins de ses neveux et ainsi de suite de génération en génération.

C'est avec toutes ces tendances prises en compte qu'il existe une volonté naturelle d'augmenter le nombre de personnes prêtes à se défendre mutuellement en cas de situations imprévues, et ici non seulement le sang, mais aussi la parenté spirituelle, qui s'établit à la suite de rites religieux, vient à la rescousse.

L'établissement de la parenté religieuse est régi par le «système compadre» connu aux Philippines. Le mot «compadre» est traduit de l'espagnol par «kum». Compadre est la personne qui est le parrain de l'enfant lors du baptême.

La marraine s'appelle Komadre. La volonté d'augmenter le nombre de défenseurs a conduit au fait que les parrains soient choisis plusieurs fois: à l'occasion d'une maladie, d'un mariage, de la construction d'une maison.

La relation entre les parrains et marraines est complexe et incompréhensible à première vue. Les parrains et marraines aux Philippines sont généralement choisis parmi les personnes qui ont de l'influence dans la communauté afin de pouvoir aider efficacement dans la vie du filleul.

Les parrains et marraines sont choisis parmi différentes couches sociales de la population, occupant différentes positions dans la société, car on ne sait jamais à l'avance ce qui peut être utile dans la vie.

Devenue parrain ou mère, une personne devient membre de la famille de sa paroisse, elle est obligée de l'aider avec tous les moyens dont elle dispose, et elle-même, à son tour, a le droit de compter sur le soutien en toutes choses, non seulement de sa paroisse, mais de tous. ses proches.

Ainsi, de nombreux parents s'ajoutent à la famille déjà existante, puisque les parrains et marraines ont également des familles nombreuses, et ils sont également assimilés à une famille commune et déjà nombreuse.

Les liens familiaux sont d'une grande importance aux Philippines, et un grand nombre de faits le confirment. Lorsqu'un étranger est présenté, il doit également indiquer ses proches qui occupent des postes importants, afin que la personne à qui cette personne est présentée ait une idée de la situation de toute la famille et de chacun de ses membres dans la société.

Les Philippins ont une assistance mutuelle très développée, par exemple, il y a une coutume lorsque, à la demande d'un villageois, tous les autres villageois viennent à son aide et l'aident à faire face à un travail qui ne peut être fait par une seule personne. Cela peut être un déménagement à la maison, car les maisons sont assez faciles et les Philippins ont ce trait comme l'amour de la relocalisation.

Celui qui a demandé de l'aide à ses camarades villageois met forcément une friandise, et tout le monde est heureux de se mettre au travail. C'est un moment très pratique pour les jeunes, car lors de tels événements, un jeune homme peut s'occuper d'une fille et lui montrer des signes d'attention. Lors de tels événements, de nouvelles relations naissent souvent, ce qui peut conduire à la création d'une nouvelle famille.

Aux Philippines, si un jeune homme s'occupe d'une fille, le processus de fréquentation est très lent et suit une forme strictement prédéterminée, à partir de laquelle vous ne devez en aucun cas vous écarter. C'est une sorte de rituel que les jeunes doivent subir avant de pouvoir se marier légalement.

Par exemple, un jeune homme ne peut en aucun cas entrer dans la maison de son élu, s'il ne reçoit pas d'invitation trois fois. S'il reçoit une invitation, après être entré dans la maison, il ne peut pas s'asseoir tant qu'on ne lui demande pas de le faire trois fois.

Une fois que les parents des jeunes se sont mis d'accord sur les fiançailles, la jeune fille se prépare une dot, après quoi la cérémonie de mariage elle-même a lieu, qui se déroule également selon les normes et règles strictement établies des Philippins. Très souvent après le mariage, le marié travaille dans la maison de sa future épouse.

Ceci est fait pour que les parents de la mariée le regardent de plus près, l'apprécient en tant que travailleur, s'il peut être un très bon mari pour leur fille. Certaines personnes malhonnêtes abusent parfois de cette coutume, surtout si le marié appartient à une famille plutôt pauvre et que la mariée, au contraire, laisse une famille riche.

Très souvent, après qu'un jeune homme a terminé sa date d'accouchement, on lui dit qu'il ne convient tout simplement pas à leur fille et que le jeune homme n'a d'autre choix que de quitter la maison. Dans la maison de la mariée, un jeune homme doit se comporter très modestement, il n'a pas le droit d'être le premier à parler aux proches de la mariée jusqu'à ce qu'on lui pose des questions sur quelque chose, il ne peut refuser aucun travail.

Une fois qu'un jeune homme aux Philippines a rempli sa date d'accouchement et si les parents de la mariée sont satisfaits de tout, on peut supposer que le mariage a finalement eu lieu et que les jeunes vivent dans la maison de leur mari, ou si les parents des deux parties peuvent immédiatement fournir aux jeunes un logement séparé, ils s'installent dans leur maison et mènent une vie indépendante.

Aujourd'hui, les jeunes époux s'efforcent de vivre plus séparément de leurs parents, afin que l'influence de tous les nombreux parents, parrains, sœurs et frères soit aussi faible que possible.


Voir la vidéo: Life in the Philippines pt 2. Homes, Family u0026 Work


Article Précédent

Merphologie avancée pour les médecins

Article Suivant

Les habitants préhistoriques les plus terribles de la mer